Le vrai/faux des entretiens professionnels

11 août 2016 à 14:10:14Actualités

iStock_000075648795

 

Les entretiens professionnels ne sont obligatoires que pour les collaborateurs en CDI

FAUX – En théorie, l’entretien professionnel est obligatoire pour tous les employés présents dans l’entreprise depuis 2 ans. En pratique cependant, rares sont les CDD qui dépassent 18 mois, on trouve donc peu d’entretiens professionnels concernant des salariés en CDD. Rien n’empêche toutefois une société qui le souhaite d’intégrer dans ses campagnes les collaborateurs qui sont en poste depuis moins de 2 ans. Attention, si vous embauchez des collaborateurs après un CDD ou un stage, leur entretien se fera dans les 2 ans après leur premier jour d’arrivée dans l’entreprise.

 

L’entretien professionnel peut avoir lieu avant les 2 ans de présence du salarié

VRAI – l’entretien professionnel a lieu a minima tous les 2 ans mais peut être plus fréquent. Par ailleurs, il est obligatoire au retour d’un congé de longue durée (maladie, maternité, sabbatique…) et ce, même un entretien avait été réalisé juste avant le départ du salarié.

 

Un collaborateur peut refuser de se présenter à son entretien

VRAI – L’employeur a l’obligation légale de proposer un entretien professionnel mais le collaborateur n’a aucune obligation d’accepter de s’y rendre. Pour éviter tout malentendu par la suite, il est conseillé à l’employeur de conserver par écrit ou (via un logiciel de gestion des entretiens) une trace écrite du refus express du salarié.

 

L’entretien professionnel est une discussion informelle entre le salarié et l’entreprise pour parler du futur

FAUX – Attention à ne pas sous-estimer l’organisation d’un entretien professionnel. Il doit faire l’objet d’une convocation en amont permettant au collaborateur de se rendre disponible et de se préparer. Après l’entretien, l’employeur doit rédiger un compte-rendu à faire signer par le salarié qui devra ensuite être archivé dans son dossier. En cas de contrôle, l’entreprise devra présenter toutes les preuves que l’entretien professionnel a bien été réalisé, attention donc à bien conserver toutes les preuves.

 

L’entreprise risque des pénalités financières en cas de non organisation des entretiens

VRAI… et FAUX ! En fait, tout dépend de la taille de l’entreprise, car seules les entreprises de plus de 50 salariés sont soumises à sanction financière. En effet, si au bout de 6 ans le salarié n’a pas eu un entretien professionnel tous les 2 ans et bénéficié d’au moins 2 des 3 actions mentionnées dans la loi (Formation, action VAE ou progression) l’entreprise subit deux sanctions :
- Abonder le compte personnel de chaque salarié concerné de 100 heures de formation supplémentaires pour les salariés à temps plein et de 130 heures pour les salariés à temps partiel ;
- Verser une contribution forfaitaire à l’OPCA s’élevant à la somme de 3000 € par salarié à temps plein concerné et de 3900 € par salarié à temps partiel.

Attention cependant pour les entreprises de moins de 50 salariés, l’absence de sanctions financières n’empêche pas une sanction pénale au tribunal le cas échéant.

 

Il est obligatoire de séparer entretien annuel et entretien professionnel

VRAI – L’entretien annuel et l’entretien professionnel n’ont pas le même objectif. Si l’entretien annuel se concentre sur le bilan de l’année passée, l’entretien professionnel fait le point notamment sur les compétences et les envies du collaborateur pour le futur et éventuellement les formations à lui prodiguer, les deux sont obligatoirement à réaliser séparer. Cependant, il peut être pratique de les réaliser l’un à la suite de l’autre, veillez alors bien à faire une pause entre les deux pour bien marquer la séparation.