Les « soft skills » représentent à la fois les compétences comportementales et ce que l’on appelle le savoir-être. Ces compétences vont notamment permettre aux rh de mieux connaître leurs collaborateurs et aux managers de composer des équipes plus performantes ensemble.


 

Des soft skills trop peu valorisées dans les organisations

Les entreprises peinent à valoriser pleinement les soft skills :

7 cadres sur 10 jugent en effet leurs compétences personnelles sous sollicitées (70%) ou non reconnues par leur employeur (72%). Les entreprises doivent se réinventer et être apprenantes, tant sur les hard skills que les soft skills afin de donner de la valeur à leurs collaborateurs et leur permettre de garder leur employabilité.

Les soft skills au cœur du recrutement

Avec plus de 27% de nouveaux métiers en 2022, les soft skills deviennent un critère déterminant de recrutement.

62% des dirigeants et cadres avec des responsabilités managériales sont en effet prêts à recruter un candidat principalement sur ses compétences comportementales aujourd’hui.

Les soft skills comme levier de performance

97% pensent que ces compétences devraient être ré évaluées en entretiens individuels et de performance, et seraient utiles pour soutenir la performance des collaborateurs ainsi que leur révision salariale. Cette même part des sondés considèrent qu’il est possible de développer ses soft skills tout au long de sa vie, à travers des mises en situations et le contact avec les autres, tant au niveau professionnel qu’au niveau personnel, d’où la nécessité de les prendre en compte dans le cadre des campagnes d’entretiens.

Or, plus des 2/3 pensent que leur entreprise ne dispose pas d’outils pour évaluer et suivre le développement des soft skills correctement.