Actu/Blog

Altays et les ASV*: on en parle sur lefigaro.fr

*ASV = « Alternance, Stages, VIE ». Un article sur le sujet fait référence à la politique du Crédit Agricole dans ce domaine et particulièrement à l’automatisation de l’ensemble des processus de gestion et de suivi des ASV menée avec Altays.

Jeunes diplômés : les bons filons pour entrer sur le marché du travail

Les entreprises veulent des collaborateurs rapidement opérationnels. Pour être engagés, les futurs diplômés doivent avoir de l’expérience. Stage, alternance, VIE (volontariat international en entreprise) constituent des tremplins vers l’emploi.

Par Christine Piédalu
 
Alors que les jeunes sont les grands perdants – avec les seniors – du marché de l’emploi, quelles sont les pistes à privilégier pour décrocher enfin un premier job? Revue de détail.

Le stage qui fait la différence, c’est le stage long, celui de dernière année ou de l’année de césure. «Paradoxe, plus la conjoncture se tend, plus les entreprises font appel à nos stagiaires. Ils veulent les préparer et les tester», remarque Olivier Paccaud, directeur des études à l’Eigsi. L’an dernier, 54 % des étudiants de cette école d’ingénieurs post-bac ont été engagés par l’entreprise dans laquelle ils avaient effectué leur stage de fin d’études. La moyenne oscille entre 15 % et 30 %. Attention aux stages courts ou «intérimaires». En 2011, les stagiaires de la Société générale ont représenté 21 % des effectifs! Désordre quand on sait que la banque a supprimé 880 postes en 2012 et devrait en supprimer 1000 dans les deux ans.

L’hébergeur Internet OVH.com voit les stages longs comme des périodes d’essai. «Le stagiaire est au cœur du métier, confronté à nos clients, à nos infrastructures», affirme la DRH Sou Mookien. L’année dernière, plus de la moitié ont débouché sur des créations de postes. Spie Communications atteint, lui, une moyenne de 25 % à 30 % d’embauches de ses stagiaires, avec des pointes à 50 % dans l’est de l’Hexagone.

Des armes anticrise

En France, l’alternance concerne 616.000 jeunes de 16-25 ans (1). Près de 80 % des grandes écoles s’y sont mises. L’ESC La Rochelle a généralisé son dispositif, réservé jusqu’à l’année dernière à son programme grande école, «parce que c’est une arme anticrise fabuleuse. Les jeunes sont plus agiles, plus concrets, le temps d’insertion est plus rapide, ils évoluent plus vite. C’est aussi un moyen de ­financer leurs études», expose Olivier Maillard, directeur des programmes du groupe. «En troisième année d’apprentissage, un futur ingénieur est comparable à un ingénieur débutant», atteste Jean-Pierre Bodet, patron de la PME du même nom, qui accueille 15 alternants, du BTS aux bac + 5. Chez Spie Communications (plus de 100 apprentis et contrats pro), après deux ou trois ans d’alternance, en fonction des opportunités, un ingénieur pourra se voir proposer un poste d’ingénieur d’affaires ou d’ingénieur télécom… Reste à savoir comment évolueront les financements dédiés à l’apprentissage dans les grandes écoles après la réforme de la taxe d’apprentissage attendue fin 2013.

 

Avec le VIE, le jeune diplômé part six à vingt-quatre mois en mission à l’étranger pour le compte d’une entreprise française. Fin 2012, 1694 entreprises dont 66 % de PME ont eu recours à plus de 7400 VIE dans 129 pays (2). Ils partent développer l’export pour une ou des PME, tester une implantation, renforcer un département dans des groupes comme Michelin, Thales, LVMH… Excellente carte de visite, le VIE prouve son adaptabilité, sa capacité à prendre des responsabilités, à se débrouiller dans un environnement différent. Les places sont chères, les diplômés triés sur le volet.

Une chose est sûre, les grands groupes veulent professionnaliser la gestion de ces filières. Avec l’aide d’Altays, Crédit agricole SA vient de démarrer son projet de vivier. Il concernera d’abord 1000 jeunes en Master 1 et 2 en cours d’études (stagiaires et alternants) et les diplômés en VIE. «À partir de 2014, tous les jeunes intégrés dans notre vivier ASV seront suivis. Nous pourrons leur proposer, après évaluations, un poste à la sortie, dans une de nos filiales, ou garder leur contact si nous n’avons pas de poste immédiat», déclare Christine Applanat, responsable politique jeune et diversité. Une carte maîtresse pour attirer et garder les meilleurs.

Par Figaro

• (1) Chiffres Dares fin 2012. (2) Chiffres Ubifrance.

Des dossiers complets sur les thématiques RH
Ressources Webinaires Vidéos